des archives explosives de Thierry Gaubert sortent des placards – Libération

Sarkozy face à la justicedossier

Dévoilés par «Mediapart», les documents discredit une partie de la défense de l’ex-Président sur les soupçons de financement illegal de sa campaign de 2007. Les révélations accredit les liens entre le clan Sarkozy et des affairistes multi-condamnés.

Un disque et une clé USB. Et de quoi detruire l’une des lignes de défense de Nicolas Sarkozy, dans la tentaculaire affaire des présumes financements libyens de sa campaign de 2007. Révélé par Mediapart, le contenu de ces deux pièces mises sous cellés depuis plus de ten ans apporte de nouveaux éléments à la justice. The documents prove, selon le media d’investigation, that the former president of the Republic has been in regular contact with his former collaborator Thierry Gaubert, convicted in several political-financial affairs and récipiendaire, before the campaign of 2007, de 440 000 euros d’argent Libya. Yet Nicolas Sarkozy avait toujours nié, devant les juges ou dans la presse, avoir eu le moindre contact avec l’affairiste après 1996. Mediapart revient en détail sur la relation entre les deux hommes, de Neuilly à l’Elysée en passant par Beauvau.

Tout commence en juin, raconte Mediapart, lorsque des enquêteurs découvrent, dans les placards sous cellés de la police anticorruption, un disque dur et une clé USB saisie en 2011 dans le cadre de l’affaire Karachi. Les deux appareils informatiques contenant les archives personales de Thierry Gaubert, mis en examen pour “Association of criminals” dans l’enquête libyenne, portant sur le financing potentially illegal de la campaign pour la presidency, en 2007, de Nicolas Sarkozy, par de l’argent liquide qui aurait été versée par le clan Gaddafi.

L’examen par les agents de l’office anticorruption de la police judiciaire réveille bien vite des initiales loin d’être mystérieuses : “NS”, ou Nicolas Sarkozy, dans de multiple occurrences : «dîner NS», «cadeau NS», «rdv NS» ou encore “NS hier”. La preuve, underline Mediapart, que «l’ancien chef de l’Etat a menti» et a côtoyé réguilleture Thierry Gaubert, souvent par l’intermediate de l’ancien minister Brice Hortefeux – “B” ouch “BH” dans les notes de l’affairiste.

«Les pièces manquantes d’un immense puzzle»

A travers ces archives, ce sont aussi “all parallel diplomacy and secret affairs of the Sarkozy cabinet” who appear «comme les pièces manquantes d’un immense puzzle», écrivent les journalists auteurs de l’enquête. A beginner donc par l’affaire des financements libyens. Ainsi d’une note, datée de janvier 2006 et nommete “NS-campagne”, associate à un mail souhaitant bon voyage à Ziad Takieddine, l’intermediate et “transporter de mallettes”alors qu’il prend un vol Tripoli-Paris.

Un autre document “prouve matériellement” les “secret interactions” des anciens ministres sarcozystes Claude Guéant et Brice Hortefeux (tous deux mis en examen dans l’affaire) avec Ziad Takkiedine et Thierry Gaubert. Des rencontres étayées par plusieurs témoignages, mais qu’un email et une note, datés aussi de 2006, viennent confirmer. “L’enquête judiciaire has already shown that the presidential campaign of Nicolas Sarkozy avait été abondée in species not declared to the authorities of control”, rappel Mediapart. Ces elements viennent ainsi consolidar les pistes des enquêteurs quant au circuit par lequel l’argent venu de Libya serait arrivé entre les mains des hommes forts de la campaign presidentiale de Nicolas Sarkozy en 2007.

«Au cœur de la machine élyséenne»

Leurs liens ne s’évaporent pas après l’élection du candidate de l’UMP. Les archives numériques de Thierry Gaubert reveal au contraire des contacts récurrent et dans le plus grand secret entre l’affairiste, le “Clan Sarkozy” and Ziad Takkiedine, who is preparing the rapprochement of the new president with the Libyan dictator Muammar al-Gaddafi, assassinated in 2011, who planted his tent on the lawns of the Elysée in December 2007.

“Les archives Gaubert viennent prover que, contrairement à la distance que la Sarkozie veut nowreis mettre avec Takieddine, l’intermediate était bien au cœur de la machine élyséenne sur la Byye”, pursuit Mediapart. The media cites a message from the latter addressed in 2009 to Thierry Gaubert, reporting on a secret meeting between Claude Guéant and the son of Gaddafi Saïf al-Islam (recherché depuis 2011 by the International Criminal Court, for suspicions of “crimes against humanity”) ainsi que sur des “rendez-vous confidentialiels avec “B”, qui pourrait être Brice Hortefeux, selon les enquêteurs”.

En somme, toute une pluie de documents accréditant les relations particulières, et entretenues, entre des affairistes trempant dans de nombreuses affaires politico-financières et les proches de Nicolas Sarkozy, dont la défense est dans le même coup mise à mal. A n’en pas douter, ces archives, déterrées par la police et detailed par Mediapart, nouriront les procedures engagées dans l’affaire des financementaires libyens de la campagne de 2007, impliquant des dirigens politiques du plus haut niveau et de numerous collaborators.

Réponse brèves

Cités dans l’article de Mediapart, neither Thierry Gaubert nor Nicolas Sarkozy n’ont réponsere aux questions et aux faits déroulés par le média en ligne. Mediapart relaie les réponses brèves de Brice Hortefeux, qui indique denouncer «formalement depuis des années des contre vérités et des errors factual» (sans les précis), et de Claude Guéant, niant toute “Connaissance that Thierry Gaubert is busy with what he does in relations with Libya” et affirmant qu’il n’a “I never heard of finance in Libya”.

Parmi les nombreuses personnes soupçonnées d’être implicatees, sont nomentamente mis en examen Nicolas Sarkozy pour «association of malfaiteurs», «corruption», «illegal financing of electoral campaign» do “recel de détournement de fonds publics”, Brice Hortefeux pour “Illicit campaign financing” do “association de malfaiteurs”, quand la mise en examen de Claude Guéant engobe une dizaine de délits potentiales, dont «association of malfaiteurs», «corruption», «recel de détournement de fonds publics», «illegal financing of electoral campaign» do “Blanchiment de fraude fiscale”.

Sont également mis en examen Thierry Gaubert (pour “Association of criminals”), Ziad Takkiedine (notamment pour corruption do “Association of criminals”) et l’ancien ministre et actuel député Les Républicains Eric Woerth, pour «financing illicit de campaign».

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.