DJ Snake, Zidane…Ces ambassadeurs dont l’Algérie profite peu

“Citoyen d’honneur” is the comedy of the française rentrée. This feature film by the French-Algerian filmmaker Mohamed Hamidi is set in Kad Merad, who plays the role of Samir Amin, a writer of Algerian origin who won the Nobel Prize in literature.

Ce dernier est invité dans son village d’origine en Algérie pour recevoir le prix de citoyen d’honneur. Ce lieu où il est né et a grandi, l’a inspiré, mais il ne l’a pas revu depuis 35 ans.

| Lire aussi : La diaspora : un gisement inépuisable inexploité par l’Algérie

Cette comédie raconte avec humor et tendresse le lien indestructible qu’ont les Algeriens de la diaspora avec leur pays. Ce film permet d’interroger la place de personnalités binationales dans leur pays d’origine.

Qu’ils soient nés ou non en Algérie, les talents binationaux n’ont de cesse d’afficher leur attachement à leur pays. Parfois l’Algérie inspire même leur travail. Mais à l’inverse, le pays est-il fier de voir ces Algériens ailleurs?

Une relation à sens unique ?

The importance of the Algerian diaspora has been placed at the heart of the debates in 2022. Que ce soit pour son influence à l’étranger ou pour ses choix politiques et son social impact. Comme pour le rôle de diplomacy culturelle qu’elle assure.

| Lire aussi : Hadja Lahbib, the symbol of the influence of the Algerian diaspora in Europe

Lors des élections françaises d’April 2022, ten a beaucoup évoqué le poids de la diaspora algérienne – la première communauté étrangère de France – dans l’électorat.

La myriad de personnalités franco-algériennes dans la délégation d’Emmanuel Macron lors de sa visite en Algérie fin août dernier (25-27 août) a beaucoup fait parler.

The planetary success of DJ Snake who launched a sudden claim of his Algerian roots allowed us to question the interest of the Algerian in the musical industry.

Tous ces signals ont rappelé à quel point les Algériens, qu’ils aient un lien proche ou éloign à l’Algérie, n’oublient jamais de faire honneur à ce pays. Yet, l’Algérie profite peu ou prou de cette vitrine que lui offere sa diaspora.

Les personnalités d’origine algérienne réussissent à l’étranger sont pourtant nombreuses. Elles n’hésitent pas à display leur amour du country, de leurs racines ou de celles de leurs parents. Les parcours épatants de ces célébrités, chercheurs, artistes ou sportifs font le bonheur des médias algériens. Sur les réseaux sociaux, les internautes raffolent des success stories de leurs compatriotes éparpillés aux quatre coins du monde.

Mais du côté des officiels, les hommages sont plus timides. On évoque peu les réusissements de personnes d’origine algérienne. Il n’est ni question de minimiser ou de nier leurs succès.

Elles sont tout simplement inexistantes. Seul le sport avec le recrutement de binationaux au sein de l’Équipe Nationale a su reconnaire l’importance d’avancer avec les Algeriens de l’autre rive. But the other skills are not solicited to help the country develop.

Despite the lack of recognition on the part of the Algerian State, people like Zinedine Zidane, DJ Snake or Tahar Rahim have become ambassadors of Algeria at the point of redorer son image.

Les compétences algériennes apprivoisent tous les domaines médiatiques

Il ya pourtant de quoi faire la fierté d’un pays. Tous les sectors comptent leur lot de personnalités ayant des origines algériennes.

Le sport que nous avons déjà cité, est marque par des joueurs internationaux qui ont changé la vision de l’Algérie dans le monde. Everything started with the incredible destiny of Zinedine Zidane.

L’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football n’a jamais caché ses racines algériennes. Il s’est même investi enormément en Algérie à travers sa fondation Zinedine Zidane en venant reguelle en aide au peuple algérien.

Zinedine Zidane is not the only player who offers a positive image of Algeria. Karim Benzema et ses prouesses footballistiques en Equipe de France comme au sein du Real de Madrid, n’a de cesse de rappeler sa fierté d’être Algerian. Les championships européens comptent également leur lot d’Algeriens tels que Riyad Mahrez, Ismaël Bennacer, etc.

| Lire aussi : Zidane-Benzema: un ticket gagnant franco-algérien

The arts are not left behind. La musique tout d’abord connaint ses artistes aux origines algériennes qui diffusent des sons inspirés de l’Algérie. Leur métissage a participle à leur création artistique. DJ Snake que l’on a déjà cité, le monde du rap est aussi marque par la presence Algerian avec des rappers comme Médine, Soolking ou encore l’Algerino.

Le cinéma est aussi nourri par lâme Algerian. Toute une nouvelle génération d’acteurs et actresses aux origines algériennes crève l’écran en Europe, mais aussi aux Etats Unis.

Ces noms d’origine algérienne s’imposent dans les génériques de long-métrages qui participent à faire emerger une part de la culture algérienne. Reda Kateb, Lyna Khoudri, Tahar Rahim, Leïla Bekhti, Sofia Boutella, Dali Bensalah, sont devenus ineségéros dans le 7e art.

| Lire aussi : Algérie – France : DJ Snake, symbole d’une richesse peu exploitée

L’humour est également aux couleurs algériennes. Des comédiens comme Redouane Bougheraba, Nawel Madani, Naïm, Houria les yeux verts sont porteurs d’un humor empreint de la culture algérienne.

De près ou de loin, ces comédiens offer une immersion dans notre monde, notre culture et vouillent jusqu’aux moindres mimiques de n’importe quel Algerien.

Nombreux sont ceux qui partagent leur talent entre les deux rives. These humorists rêvent de laisser leur empreinte dans leur pays d’origine. Redouane Bougheraba and Ahmed Sparrow sont venus jouer en Algérie recently. Melha Bedia, la sœur de Ramzy Bedia, a même tourné “Miskina”, la toute premier série Amazon Prime en Algérie.

La recherche internationale profite du talent algérien

Les arts et le monde du divertissement ne sont pas les seuls domaines où les binationaux ont fait leurs preuves. The world of science is also a fertile ground for Algerian talents.

| Lire aussi : Exploration de Mars: interview with Professor Nourredine Melikechi

On peut citer, Belgacem Haba, considered comme un inventeur de génie. Le chercheur d’origine algérienne a déposé plus de 1500 brevets d’invention don’t 500 aux Etats-Unis.

Le physicien Noureddine Melikechi, a fait des prouesses dans la recherche spatiale, un domaine inexistant en Algérie. El Mouhoub Mouhoud est le président de l’Université Paris Dauphine, l’une des meilleurs au monde.

| Lire aussi : Belgacem Haba, le parcours atypique d’un grand chercheur algérien

Ces scientifiques ont, certes démarré leurs études en Algérie, mais ont dû s’épatrier pour développer leurs compétences. Leur pays d’origine ne leur a pas offert d’opportunities à la mesure de leur intelligence, pourtant, ils ne l’oublient jamais et tentent de s’implique le plus possible en Algérie.

L’Algérie passe à côté de ces ambassadeurs internationales

During the last voyage of friendship, Emmanuel Macron insisted on the fact that France would support and boost the binational projects in Algeria. The French president evoked a fund of 100 million euros announced during the Forum des Mondes Méditerranées to develop an entrepreneurial ecosystem between the two shores.

L’ancien commissaire à la diversity et à l’égalité des chances sous Nicolas Sarkozy, Yazid Sabeg estimait dans une interview granted au quotidien Le Télégramme, “qu’ il serait temps, qu’à l’initiative de la France, la contribution de la diaspora franco-algérienne, qui est le socle de la mixité franco-maghrébine, puisse être evaluated et exploitée par les deux pays. »

Les voix prônant l’investissement des compétences binationales se multiplient. Yet, l’Algérie seems to be still absent from this orientation. C’est ainsi que beaucoup de ces talents algériens ne déploient pas leur force en Algérie.

Si l’on reprend l’exemple du film « Citoyen d’honneur », on peut underlinen que ce project essentially Algerian ait été tourné au Maroc. Parce qu’il est trop complexe d’obtenir les autorisations adequates pour le faire sur le sol algérien, beaucoup de long-métrages racontent l’Algérie depuis le Maroc, qui est plus enclin à recevoir des équipes de tournage.

On se souvient de Nawell Madani qui avait le projet de développer sa version algérienne du Marrakech du rire. But the project is still in suspense.

Aussi, il ya une certaine surveillance dans le behavior de ces personnalités d’origine algérienne. Elles doivent sans cesse prouver qu’elles méritent leur seconde nationality. Cet été, Karim Benzema a été vilipendé car il n’a pasé de message à l’occasion du 5 juillet et des 60 ans de l’Indépendance algérienne.

Bien sûr, ces personnalités qui ont réussi à l’étranger ne doivent leur succès qu’à leurs propres compétences et à leur travail. Elles sont prêtes à utiliser leur notoriété pour valoriser le countries de leurs parents ou dans lequel ils sont nés. N’existerait-il pas une formule permissant de valoriser leur parcours pour à minima offfer une inspiration aux Algeriens, qui ne demandent qu’à rêver?

Leave a Reply

Your email address will not be published.