Jair Bolsonaro’s face projected onto the Onu building in New York

Le siège de l'Onu a servi de toile de projection géant pour denouncer l'action du presidente brasilien Jair Bolsonaro, avant son introductif discourse à l'Assemblée générale des Nations Unies.
Capture d’écran Twitter Le siège de l’Onu a servi de toile de projection géant pour denouncer l’action du presidente brasilien Jair Bolsonaro, avant son introductif discourse à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Capture d’écran Twitter

Le siège de l’Onu a servi de toile de projection géant pour denouncer l’action du presidente brasilien Jair Bolsonaro, avant son introductif discourse à l’Assemblée générale des Nations Unies.

INTERNATIONAL – Les ennuis ont commeinée avant even l’ouverture de l’Assemblée générale de l’Onu ce mardi. On the night of Monday, September 19 and Tuesday, September 20, the face of Jair Bolsonaro, president of Brazil, was projected onto the facade of the United Nations building, accompanied by flattering messages for the head of state. et candidate à sa propre réélection.

Comme le veut la tradition depuis 1947, c’est le Brésil qui ouvre la réunion annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU, dont la 77e édition est organized ce mardi à New York. Yet, avant même son discours introductif, Jair Bolsonaro était déjà au cœur des discussions avec cette action coup de poing organized clandestinement.

On the façade of the United Nations headquarters, huge portraits of Bolsonaro were projected to denounce the actions of the Brazilian president with shocking statements written in Portuguese and translated into English, French, Spanish and Mandarin (the languages officiels de l’Onu) : “La honte brésilienne”, “mensonge”, “disgrâce”, pouvait-on lire lors de cette projection.

An action organized by de fervent opponents »

Une initiative revendiquée par le Réseau nord-américain pour la Démocratie au Brésil, composé d’universitaires américains et de militants de diverse horizons, comme L’Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB).

“Our action communicates to the world that Bolsonaro is supported by a system of fake news to advance his personal project of power and enrichment, and not a national project for the development of Brazil.” explique Mariana Adams, organisatrice nationale du Réseau nord-américain pour la Démocratie au Brésil, dans le journal brésilien Folha de S. Paulo.

Elle ajoute d’ailleurs que les membres de cette organization – sans lien avec des parties politiques ou des ONG – sont « de fervents opposants à ce gouvernement brésilien pour toutes les atrocités qu’il représente “. Mariana Adams also detailed the manner in which this action was made possible: thanks to the donations of her members who were able to point out these visuals before renting a long-distance projector to diffuse the footage of the Brazilian president on the windowless façade bâtiment unusien.

Un vrai coup de pressure sur Jair Bolsonaro, alors en pleine campaign pour briguer un deuxième mandate de president de la république fédérative du Brésil. Currently second in the polls facing Lula, the outgoing president will know the rest of his political destiny on October 2nd.

A similar action in 2021

In 2021, Jair Bolsonaro had already made the object of a similar action when he came to New York for the annual meeting of the United Nations. Cette fois, c’était par l’intermediate d’un camion circulant dans des zones iconiques telles que Times Square, Wall Street ou One World Trade Center qu’un message avait été diffus à grande échelle.

“When Bolsonaro begins his speech on Onu, a truck with three screens will circulate in the streets of New York displaying messages such as ‘Bolsonaro burns the Amazon’ and ‘Bolsonaro is a liar'”

On the screens fixed on the truck, des messages sans detour : « Bolsonaro brûlé l’Amazonie “ou encore” Bolsonaro, criminel climatique “. Derrière cette previous action, le même groupe d’activistes brasiliens et américains ainsi que l’ONG Amazon Watch, qui oeuvre pour protéger la forêt amazonienne ainsi que les peuples autochthones vivant en Amazonie.

See also Le HuffPost:

Leave a Reply

Your email address will not be published.