pourquoi est-il si dur d’estimer le nombre de morts ?

Un membre de la garde nationale ukrainienne se tient sur un char russe destroyed dans la région frontalière de Kharkiv, le 19 septembre 2022.

Dénombrer les victimes civiles ou militaires d’un conflit de grande ampleur entre Etats est une gageure. C’est encore plus complexe si le conflit est en cours, comme c’est le cas depuis sept mois en Ukraine. « D’un côté, on amplifie très largement les pertes qu’on inflige ; de l’autre côté, on sous-estime très largely les siennes pour des raisons de propagande evidentes »résumé Michel Goya, historian militaire et ancien colonel des troupes de marine.

Si l’on se fie aux récits officiels, commente l’historian Cédric Mas, “toutes les grandes batailles de l’Antiquité ont été zépportentes à un contre dix en ayant très peu de pertes et en ayant fait un massacre”

Les estimations de chaque belligerant parlent d’elles mêmes : les Ukrainiens revendiquaient, le 22 septembre, avoir tué environ 55,500 soldats russes et déploraient un mois plus tôt environ 9,000 morts dans leurs rangs. On the Russian side, the Minister of Defense, Sergueï Choïgou, recognized, on September 21, the death of 5,937 soldiers in the ranks of the Russians and estimated the total inflicted on the Ukrainians at 61,207 deaths and 49,368 wounded. Flour « décalage grossier dans les deux cas », analysis M. Goya. L’invasion de l’Ukraine par la Russie ne fait pas exception dans cette instrumentalisation des pertes sur le champ de bataille. Cette querelle de chiffres est “the most ancient example of propaganda known”, explains Cédric Mas, military historian and president of the Institut Action résilience. Si l’on se fie aux récits officiels, commente-t-il, « toutes les grandes batailles de l’Antiquité ont été zpréventes à un contre ten en ayant très peu de pertes et en ayant fait un massacre.

Peut-on se fier davantage à des observateurs extérieurs? The American authorities (which provide military and financial aid to Ukraine, without participating directly in the conflict) have given, on August 8, an estimate of the losses of the Russian army: between 70,000 and 80,000 Russian soldiers would be out of combat, dont environ 20 000 seraint morts. The previous estimate, a month ago, was 15,000 Russian soldiers killed and 45,000 wounded. Ces ordres de grandeur sont plus vraisemblables que ceux des authorities ukrainiennes, mais il convient tout de même de les prendre avec précaution.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Ukraine : le monde face aux crimes d’une guerre

Décompte direct ou estimation

In principle, les belligerants decomptent au quotidien leurs pertes humaines, dans des comptes rendus effectues par chaque unité. “A moins que l’unité soit complètement destructite et que plus personne ne soit capable de rendre compte de ce qui s’est passé, auquel cas cha devient des estimations”explique Michel Goya. « Pour les pertes enemies, c’est en revanche beaucoup plus compliqué. On comptabilise sur le terrain les morts que l’on voit, mais cha relève très largement de l’estimation. Même dans le combat direct, vous tirez très souvent à distance, donc en réalité vous ne voyez pas beaucoup d’ennemis. »

L’artillerie, par exemple, often targets distant targets of 20 to 80 kilometers. Les pertes qu’elle engendre sont difficiles à évaluator, même si « he tries so often to see the results via a drone or a terrestrial observer »detail Michel Goya. « On peut penser avoir tué vingt soldats alors qu’en réalité il n’y a eu que cinq morts. En général, les units sur le terrain ont toujours l’impression, en toute bonne foi, d’infliger plus de pertes que ce qu’on fait »confirm Cédric Mas.

Dans les conflits du XXe siècle, déjà, l’avenement d’armes lourdes a rendu la tâche plus complexe aux historians, notably à partir de la première guerre mondiale : le nombre d’hommes engagés au combat est inédit, les obus pulverient les corps. Les historiens s’appuient alors generally sur les archives, notably sur les tableaux d’effectif des armées, même si ceux-ci peuvent parfois être faussés, selon les circonstantes. « Par exemple, si un officier perçoit des moyens en fonction de ses effectifs, il peut vouloir demander plus et ainsi grossir ses effectifs. A l’inverse, s’il perçoit des renforts en dessous d’un certain effectif, il peut vouloir minorer ses effectifs »avertit Cédric Mas.

Pour la guerre en Ukraine en revanche, ces documents ne sont ni disponibles ni etudiables. The researchers then use deviant means to reach an order of magnitude.

Notices of death, material destructions and testimonies

To evaluate the number of deaths from the conflict, « vous avez la possibilité d’observant les tombes ou les avis de decés publiés sur les réseaus sociaux par les familles en Russie, il existe un site qui documente cela, avec la date et la photo. Et vous avez surtout des units qui perdent leur efficacy, et ça appear dans les témoignages des soldiers qui parlent de leurs effectifs ou de leur réaffection »explained Cédric Mas.

« It works also by analogy with other conflicts, it observes the number of vehicles destroyed. Cha donne un index du degree de violence des combats », assured Michel Goya. Un site en particulier, Oryx, documente aussi precisemente que possible les pertes matérielles des deux armées.

L’usage de sources indirectes fonctionne aussi pour l’étude des conflits passés. Les documents archived n’étant pas forcément fiables, les historians se fondent par exemple sur des documents relatifs à la logistique. « Quand une armée declares 20,000 effectifs mais qu’elle doit en réalité fournir 30,000 repas, il ya un petit delta. Idem pour les tableaux d’activité des hôpitaux, des unités chargées d’enterrer les morts, etc. Cela permet de réduire grandement les forkettes »précis Cédric Mas.

Sera-t-on capable, dans un avenir même lointain, de determinaire avec une précision raisonnable combien cette guerre a fauché de vies humaines? Rien n’est moins sur. D’autant plus que, du côté des morts civiles, le flou est plus difficile à dissiper. The United Nations High Commissioner for Human Rights (HCDH) verified the death of 5,916 civilians on September 19 and counted 8,616 other civilians injured. Mais le HCDH prévient que « les chiffres réels are considerably more important » tant la remontée d’informations provenant de zones où les combats sont intenses est difficile.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers « Je préfère aller en taule plutôt qu’en Ukraine » : en Russie, le choc de la mobilization militaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.