Valérie Kaprisky : que fait son discret mari, qui partage sa vie depuis 23 ans ?

A 60 ans, Valérie Kaprisky continues de crever l’écran, notably dans Astrid ou Raphaëlle. Son succès, elle le partage avec son compagnon depuis plus de 20 ans.

Pour vivre heureux, vivons cachés. Cet adage convient parfaitment au couple que form Valérie Kaprisky et son mari depuis de longues années. An actress recognized and adored from the start of her career, the comedian went through particularly complicated moments. Dans sa jeunesse, elle a suivi une thérapie qui lui a été salvatrice a plusieurs niveaux. “La psychothérapie peut sauver. J’en suis la preuvewrites Valérie Kaprisky dans les colonnes du Parisien. Durant huit ans, j’ai appris à dissocier la valeur humaine de la valeur artistique. Je sais nouvelles que si l’on est réjecté en tant qu’artiste pour un rôle, cela ne veut pas dire qu’on ne vous aime pas. cha vaut pour tous les métiers. Votre fonction n’est pas vous.”

Une fois en paix avec ellemême, Valérie Kaprisky a pris le temps de trouver sa moitié. Elle l’a trouvé à la fin des années 1990. Depuis, elle file le parfait amour avec un mystérieux homme don’t ne connaît pas le nom mais qui gravite, comme elle, dans l’univers du cinéma. En effet, le mari de la comédienne est un composerur de musique de documentaire à succès. Dans ses bras, elle a trouvé une “stability”, comme le confiait l’actrice dans les colonnes de Gala. Celle-ci, lui permet “de rester ancrée dans la réalité et de supporter les aléas du job comme les choix brutaux des castings”. “Cha fait vingt ans que je partage mon existence avec mon mari composer de musique, added by Valérie Kaprisky. Du moment que je l’ai à mes côtes, je peux supporter que tout le reste soit aleatory.”

Valérie Kaprisky : ce “fils de” avec qui elle a été en couple

“C’est un homme profoundly gentil, comme moi d’ailleurs”, résumait la comédienne, qui n’est pas loquace lorsqu’il s’agit de se livrer sur sa vie personale et maritale. Dans les colonnes de GalaValérie Kaprisky expliquait ne jamais être becomeu maman. “Je ne pouvais pas en faire, j’ai laissez tomber. Je suis belle-mère, et cha me va. Je m’implique”, assurait-elle à nos confrères. Très discrète sur son mari, Valérie Kaprisky a vécu il ya des années une relation bien plus médiatisées avec un “fils de” bien connu. Révélée par son rôle dans le film L’année des méduses en 1984, la comédienne s’est retrouvée, quelques mois plus tard, à la Une des magazines, photographiée dans les bras… d’Anthony Delon.

“On me croyait femme fatale, j’étais une femme enfant”expliquera-t-elle, plus tard, au sujet de cet épisode qui l’a profoundly traumatisée. In 1987, le fils d’Alain Delon and Valérie Kaprisky were even found on the cover of Paris Match. Mais cette histoire d’amour n’a pas duré bien longtemps puisque le couple s’est vite séparé. A 60 ans, la comédienne est aujourd’hui épanouie dans sa vie personale comme dans sa vie professionnelle puisque’on la retrouve notably dans Astrid et Raphaëlle. Mais ces dernières années n’ont pas épargné Valérie Kaprisky, qui a beaucoup souffert de la ménopause. “On doit s’habiller comme un oignon pour prévoir les coups de chaud! On a des sautes d’humeur, on rit, on pleure, on est plus fragile”, avait-elle detailed dans les colonnes de Gala.

Valérie Kaprisky vit “pleinement sa sexualité”

A nos confrères, elle ajoutait qu’il était important pour elle à cette période-là de vivre “pleinement sa sexualité” avec son compagnon : “J’ai toujours lutté contre les idées reçues. Et la ménopause en charrie beaucoup. C’est au contraire le moment de retrouver ses rêves de jeunesse, de les réalisés. De se libération du regard des autres, de vivre pleinée sa sexuality. C’est maintenant ou jamais”. Pour vivre au mieux ce moment redouté pour la plupart des femmes, Valérie Kaprisky s’est obligie à suivre un mode de vie très strict. “Je pratique une activité sportive quatre fois par semaine (…) Je fais de la barre au sol, du Pilate, des exercices abdos-fessiersdécrivait-elle. Peu de gluten, pas de produits laitiers à base de lait de vache. Peu de sucre (…) Je reproduis la façon dont mes grands-parents polonais vivaient à la campagne.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.